J’ai commencé à fumer très jeune. Bêtement. Tout ça, parce que j’aimais l’odeur de la fumée des clopes de mon père. Si certains savent ce qu’ils veulent faire plus tard comme métier, moi je savais que je serai fumeuse. Ca craint hein ?! Et comme je suis du genre à réaliser mes rêves, je suis devenue fumeuse. Pas celle de la trempe dès 1 paquet par jour, faut quand même pas abuser, mais de la dizaine par jour, ce qui était déjà trop. Dans ma vie, j’ai tenté plusieurs fois d’arrêter.  Les deux seules fois où j’ai tenu bon, c’était juste le temps de mettre des enfants au monde, et croyez moi, ça m’avait coûté ! Arrêter n’a jamais été une partie de plaisir, ça se saurait sinon hein…Et la vérité, même si l’idée me traversait de temps à autre l’esprit, j’en avais pas vraiment envie. Pour avoir envie d’arrêter, il faut vraiment que le fumeur trouve un facteur de motivation et ce n’est pas en énumérant les problèmes de santé etc que vous donnerez envie d’arrêter de fumer à un fumeur !  Eh non, l’envie, le besoin d’arrêter, doit venir du fumeur lui-même. Plus vous en parlerez, moins il aura envie d’arrêter. C’est comme ça. Pour moi, l’un des rare facteur, qui aurait pu me donner l’envie, c’était l’argent. C’est grave, je sais, mais c’est pourtant la pure vérité. Personnellement, mon déclic, hormis le fait que depuis que nous avons déménagé, je ressentais moins le besoin d’avoir une béquille, a été l’image laide et désolante de voir Nell, reproduire le geste de la nana qui fume un crayon de couleur. Oui, ça parait drôle et inoffensif, sauf que j’ai fait le même geste il y a plus de 25 ans en arrière…! Cette vision, m’a choqué. Hors de question, que ma fille de 4 ans n’ait, ne serait-ce que l’idée de fumer en jouant ! Hors de question, que je culpabilise le reste de ma vie, à la voir se détruire la santé, comme j’ai pu le faire. Et je dis ça, je ne dis rien, mais Doudou en plus ne supporte pas la clope, alors vous imaginez !? Si sa progéniture commettait l’erreur incommensurable de leur mère…. La solution, alors me parut évidente. Arrêter de fumer. Pas d’autre choix. Et j’étais décidée. Par chance, je savais comment j’allais procéder. Je savais ce qui allait m’aider. Le livre «  La méthode simple pour en finir avec la cigarette d’Allen Carr ». Et pour cause, j’avais déjà acheté ce bouquin il y a quelques années, mais pour tout avouer, je n’avais pas tout lu et pour cette raison précise, l’arrêt du tabac n’avait pas fonctionné sur le long terme ( et la grosse erreur, l’avoir prêté et ne l’avoir jamais récupéré ). Ce livre, est tout simplement magique ! Vous avez déjà commencé à arrêter, avant même d’avoir terminé de le lire.  Je ne vais pas vous dire ce qu’il renferme, ça sera à vous le découvrir. Pour vraiment stopper la clope, il vous faudra le lire du début à la fin et j’insiste bien sur le fait de « tout lire » même si vous le trouvé chiant à mourir, même si le mec se répète. Car c’est là, tout le principe et le génie du mec. Vous faire un lavage de cerveau ! Et ça marche… Bien sûr il faut avoir envie d’arrêter de fumer. Mais dites-vous bien, que si vous achetez ce livre, c’est que vous avez commencé le processus. La seule chose qui pourrait vous arriver de pire en l’achetant, s’est d’arrêter… Et tout ça pour 8€ et quelques ! Quand je l’ai commandé, j’étais très excitée et j’avais hâte de le recevoir (excitée à l’idée d’être bientôt une non-fumeuse). Mais quand je m’imaginais non-fumeuse, je ressentais du stress et à bien y réfléchir, ce stress était fondé sur la réussite du truc. J’avais peur que ça marche, c’est con hein… Se dire, qu’on ne sera peut-être plus jamais heureux parce qu’on ne fume plus, c’est tellement nul. Attention, je parle de certains petits moments de la vie, comme les apéros, les soirées etc  BOIRE DE L’ALCOOL, SANS UNE PETITE BOUFFÉE DE MA DROGUE FAVORITE, ÇA NON JAMAIS !  Eh bien, SI. J’y arrive parfaitement bien. Bon alors attention, ça ne fait qu’un mois, que j’ai arrêté. Mais je sens au fond de moi, que c’est bel et bien du passé. Je me demande même, comment j’ai pu être esclave de cette merde aussi longtemps  ! Par le passé, toutes les fois où j’avais pris la décision d’arrêter, déjà je me disais « je vais essayer d’arrêter » là je me suis juste dit « j’arrête ». Ce qui ni vu ni connu, fait une sacrée différence. La première prévoit que je peux rechuter et que ce n’est pas grave, puisque je l’avais prévu (en gros, je me donne déjà l’excuse de savoir que je vais reprendre). Alors que dans la seconde, les choses sont claires et nettes, je suis confiante, j’arrête point barre. Et ça n’inclut pas la possibilité d’un retour en arrière. C’est beau hein… !? COMMENT ÇA PASSE, UNE FOIS LE LIVRE EN MAIN ?! Bah déjà, faut le lire…A la dernière page, j’ai écrasé ma dernière cigarette. Les 3 ou 4 premiers jours, ont ressent le manque nettement, mais à contrario ce sont aussi les jours les plus excitants. Voir si la méthode Allen Carr fonctionne. On a en nous la clé, pour palier à ce manque, à cet appel de la nicotine ! Passé ces 4 jours, le manque d’imagination de la bête pour venir nous titiller, semble se faire oublier. Et le reste du temps, j’en viens même à oublier que j’étais fumeuse. Finalement, j’ai pu noter, que le manque revenait quand j’étais énervée, mais pas au point de courir direct au tabac du coin ( qui comme par hasard est à 30 secondes de chez nous ! Moi qui avais toujours rêvé d’avoir un tabac presque la porte d’à côté…mouais parfois les rêves hein…) non, le petit manque qui se laisse manipuler en 2 secondes «  retournes d’où tu viens charlot ! »  et il s’écrase. En bref, tout se passe bien, la seule chose qui m’a un peu dérangé, c’est que Doudou n’avait même pas remarqué que j’avais arrêté ! Alors que ça fait 7 ans, qu’il me tanne pour que j’arrête…«  Non, mais sérieux quoi !? T’as pas remarqué que j’ai arrêté de fumer ? » (au passage, c’est trop bon de pouvoir articuler ces mots dans cet ordre. Et en même temps, tu te demandes si tu en as le droit, parce que tu ne sais pas si tu peux te considérer comme un non-fumeur ou pas) et là, pensée furtive (et idée à la con à la fois) mais pensée quand même «  bon bah si t’as pas capté, je peux recommencer... !? » (à ce moment-là, tu le dis avec et sans point d’interrogation, parce que dans ta tête tu sais que c’est pas bien de penser comme ça et à la fois, bah t’es toujours en zone noire dite « période de manque », alors t’espère d’un côté que c’est l’autre qui va te pousser à reprendre sans culpabiliser.) Eh bien, figurez-vous, que je n’ai pas attendu sa réponse, de moi-même, sans que je m’y attende, ma satanée bouche à formuler toute seule «  pff alors ça, ça serait vraiment trop nul, après avoir passé le plus dur ! Si tu crois, que je vais me faire avoir etc etc… ». Il s’en est prit plein la tronche, alors qu’au fond, le mec il avait rien dit…Puis est venu, le jour du test fatidique, que tout fumeur appréhende le plus. Etre invité pour l’apéro. Avec un fumeur en plus, et pas n’importe lequel, the pompier of course ! Quand, je lui ai dit que j’avais arrêté (ça faisait à peine une semaine) il était ahuri, je lui ai expliqué mes ressentis du moment etc, il s’excusait presque de fumer, jusqu’au moment où fière de moi (et je le pensais vraiment) je lui ai dit, que la fumée de sa cigarette me gênait mais qu’il pouvait continuer de fumer. Au contraire même, j’étais heureuse que ça me gêne. C’est lui qui a été gêné le plus, et il a écrasé sa clope mal l’aise d’être un fumeur. Boire de l’alcool sans clope, ne me dérange plus…Finalement, ce n’était pas tellement compliqué et j’étais si fière de moi, arriver à déjouer le tour de cette puante et machiavélique cigarette, sans même souffrir ! Wahou, non mais quelle victoire sur le passé, le présent et le futur ! Et puis, les jours suivants sont passés comme une lettre à la poste, ni vu ni connu j’t’embrouille  ! Je n’y prêtais plus attention.  Est-ce qu’elle va me manquer ? Aujourd’hui, je sais que j’ai le choix. Etre esclave à vie de cette drogue (oui parce que c’est juste ça, ni plus ni moins. Lorsqu’on a besoin d’être sevré, c’est qu’il y a dépendance, donc drogue  !) Et donc pour cela, j’ai besoin que d’une seule taffe pour que la mécanique inverse reprenne place ou alors dire non merci et être une non-fumeuse à vie ( sachant qu’en réalité, cette putain de cigarette, elle me sert à rien ). Ca paraît simple comme ça, mais en fait ça l’est. Ce bouquin, m’a fait prendre conscience de certaines choses, d’une façon très nette, que je n’avais jamais eue auparavant. Et pour être honnête, ça m’a aidé sur d’autres aspects de ma vie.  Je n’ai plus peur d’affronter la vie sans ma vieille meilleure ennemie. Bien au contraire, les bienfaits se font sentir et pas des moindres, comme le regain d’énergie, un sommeil profond et réparateur, une peau plus claire, moins de cernes, ne plus stresser de ne plus avoir de clopes, ne pas être une gêne pour mon entourage, ne plus me les geler l’hiver, dehors par tant de pluie pour un peu de nicotine, ne plus avoir les doigts jaunes, ne plus puer le tabac froid, dépenser ou économiser tout cet argent pour des choses plus intéressantes, être un meilleur exemple pour mes enfants etc… Eh non, je n’ai pas compensé avec la bouffe, donc pas de prise de poids. Pour ma part, j’ai acheté ce livre sur Amazon (mais vous pouvez sûrement le trouver ailleurs) et les commentaires m’ont vraiment beaucoup motivé, lisez-les, vous verrez, vous aurez déjà l’impression d’avoir un pied dedans.   MES CONSEILS ( dans cet ordre) Avoir envie d’arrêter de fumer.Lire les avis sur Amazon.Acheter le livre d’Allen Carr.Avoir l’esprit ouvert.Prendre le temps, de le lire et de bien comprendre.Ecraser votre dernière cigarette ( n’ayez pas peur )Appliquer le peu de conseils du livre.Etre heureux de prendre la décision d’arrêter de fumer.Ne donnez, ni ne prêtez ce livre à personne, vous pourriez en avoir besoin à tout moment. Si vous avez un doute, rien ne vous empêche de relire le livre ou juste certains passages.Ne vous abstenez surtout pas, d’aller prendre l’apéro chez des amis, faites-vous confiance, voyez ça comme un défi  !Prodiguez votre joie et votre fierté d’être un non-fumeur (je me rends bien compte que ça fait un peu secte, mais vous me connaissez hein, vous savez que ce n’est pas le cas)Face au miroir, dites-vous à haute voix, que vous êtes un non-fumeur. Déjà, ça fait du bien, vous aurez du mal à croire que la non-fumeuse « c’est vous » et vous noterez qu’un sourire va naître tout naturellement, en prenant conscience de cette nouvelle réalité. Nouvelle réalité, qui fait beaucoup de bien…. NON, MERCI, j’ai arrêté. Il paraît difficile de croire, qu’un simple petit bouquin, ait autant de pouvoir. Et pourtant, c’est bien ce dont sont capables les livres. Le pouvoir de nous transporter par leurs histoires, le pouvoir de faire germer des idées dans nos petites têtes, le pouvoir d’apprendre…Là, il aura eu pour effet de changer ma façon de voir les choses, sur plus de 25 ans d’emprise…                           Alors c’est tout naturellement, que j’ai envie de dire MERCI mec ! « LIBÉRÉE, DÉLIVRÉE !!! »  Shopper le livre –> La méthode simple pour en finir avec la cigarette d’Allen Carr.